King Kong Blues

l’Album

Make Rock’n’Roll great again

Chroniques de l’album

Un concept d’un minimalisme qui lorgne du coté de Jack White ou Jon Spencer en en proposant une variation francophone convaincante… Boostés par un chanteur enragé et un guitariste véloce, déflagrations punky, blues mutants et balades écorchées composent le programme des réjouissances…
(Rock & folk)

Pas de tromperie dans l’intitulé, voici une coulée bienvenue de rock primitif et de blues mal peigné… Des paroles droit au but, mais diablement efficaces, à l’image de tout cet album, titres offensifs, refrains déglingués, chanteur énervé… excellent dans le boogie déviant, quelquefois teinté de punkabilly, un album fier, sincère, et particulièrement efficace.
(Blues again)

Gros coup de cœur pour ce groupe Bordelais. KKB c’est du rock n’ Roll, du blues, du gros son et beaucoup de personnalité… le groupe maîtrise vraiment son style, et ce qui aurait pu paraître classique, au final, empeste la classe ! Fortement conseillé, fortement préconisé, un traitement contre l’ennui…
(CAFZIC)

La musique de KKB mouille l’entre-jambe, hum, comment dire, c’est une musique qui réhydrate nos sources… Blues sauvage et Rock n’ Roll, c’est clair dés que vous voyez le groupe sur scène, ça c’est sur, on sent que ça va saigner…
(La Mine)

Ça grille du riff comme on écrase un clope avec énervement. Il y a une électrisation rock’n’roll très forte chez ce trio, capable de venir catapulter un blues cradingue avec effervescence… KKB tout en venant de racines très classiques, fait un truc à part, complètement revisité pour une interprétation bariolée… Ce trio fracasse : « Je vous dis qu’il y a quelque chose derrière ce mur que l’homme blanc n’a jamais vu… »
(Wallabirzine)

La liberté de ton et de riff transforment ce disque de rock en un pur moment de révolte. Ils osent chanter ce que le rap et la banlieue ont monopolisé depuis plus de 20 ans… ces KKB ont un vrai savoir faire dans l’art de distribuer les mauvais points, de faire saigner leurs instruments sans pour autant donner de leçons de morales… Au final, l’espoir est là puisqu’ils sont capables de transformer cette misère noire en hymnes rock’n’roll.
(Rock made in France)

Ça envoie du lourd , dépouillé mais avec une sensualité incisive aux dents acérées… Les rythmes sont propulsés à haute dose dans un environnement de paroles écorchées mais terriblement efficaces… cet album est vraiment bien dosé, homogène, doux, puissant et dévastateur à la fois. Ne soyez pas timides, osez l’achat de ce petit bienfait, vous ne regretterez pas !!!
(Chronique Zicomania)

Vous organisez
un concert, un festival…